Historique du site de Château-Gontier :

Publié le par teamthermo

- 1981 : Installation de la société Astel à Château-Gontier. Superficie : 1500 m².

- 1986, 1992, 1995 et 2002 : Les extensions successives ont amené le site à  atteindre 17000 m². L'emploi s'y est progressivement développé, de 3 à la création à 150 en 2002.

Le site de Château-Gontier était la principale usine du groupe français JOUAN, pour la fabrication de matériel de laboratoire. A son apogée, fin 2003, le Groupe Jouan était le 3ème mondial et comptait près de 600 salariés répartis entre le site administratif de Saint Herblain et les sites de production de Château-Gontier, Saint Nazaire, Pau, Cologne (Italie), Allerod (Danemark), Mukarov (République Tchèque) et Winchester (USA).

Chronique d'une mort programmée :

Arrive l'année 2004, avec ses évènements qui vont directement conditionner l'avenir du groupe Jouan, et donc du site de Château-Gontier. Le PDG du groupe Jouan, Mr Victorri, décide de céder sa société à Thermo Electron Corporation. Le domaine d' activité du groupe américain est similaire, et ses moyens suffisants pour permettre le développement du groupe français cédé. 

- Décembre 2004 : Arrêt de la production de Jouan Robotique à Pau. Thermo regroupe l'activité robotique à Burlington (US).

- Mi 2005 : Fermeture du Bureau d'Etudes de Jouan Robotique Pau. Il reste aujourd'hui 7 salariés contre 40 à l'origine à Pau, qui continuent une activité liée à des engagement avec l'armée.

- Début 2005 : Rachat de Kendro, division médicale du groupe SPX; et principal concurrent de Jouan. Kendro réalise les mêmes gammes de produits que l'usine de Château-Gontier, mais en quantité 3 fois supérieure. Thermo devient ainsi N°1 sur son créneau d'activité.

- 2005 : Fermeture des sites de Winchester (US), Allerod (Danemark), et de Cologne (Italie). Ces fermetures sont très liées à l'activité du site de Château-Gontier.

- Janvier 2006 : Fermeture du Bureau d'Etudes de Saint Herblain, principal concepteur des matériels fabriqués à Château-Gontier.

- Mars 2006: Fermeture du site de mécanique de Saint Nazaire, dépendant de la même entité juridique que Château-Gontier, et fabricant exclusif des accessoires de centrifugeurs.

Dès lors, l'unité castrogontérienne connaît un triple handicap vis-à-vis d'un autre site du groupe Thermo situé à Osterode (Allemagne) fabricant également des centrifugeurs :

          - Une dépendance directe puisque l'unité allemande produit les accessoires nécessaires à la production de Château-Gontier :
        - Une perte de marge liée à la décision du groupe Thermo de maintenir le prix de vente client.
        - Une perte financière conséquente car le coût de production allemand est supérieur à celui de Saint Nazaire,
 
- Juin 2006 : Nomination "provisoire (!)" d'un directeur opérationnel Europe commun au site de Château-Gontier et aux sites allemands : Mr Jaeckel, ancien de Kendro et est basé à… Osterode, en Allemagne.

.

Conséquences :
        - Arrêts de production de nombreux matériels (pompes à vide, incubateur CO²,…)
        - Absence de nouveaux produits
        - Charge de travail et portefeuille de commande réduits

- Fin 2006 : Rachat en novembre de Fisher Scientific par Thermo. Ce rachat laisse espérer vainement au site castrogontérien un surplus de commandes, grâce à une ouverture à une clientèle plus vaste.

- 2007 : Fermetures des sites Thermo de Oldham au Royaume-Uni et de Kendro d'Oberschleissheim en Allemagne.

Aujourd'hui, le groupe Thermo Fisher Scientific est le leader mondial en produits et services scientifiques.
Son chiffre d'affaires dépasse les 9 milliards de dollars et son personnel 30 000 salariés. Il compte plus de 350 000 clients dans les secteurs de la pharmacie et de la biotechnologie, des hôpitaux et des laboratoires de diagnostic clinique, des universités, des établissements et des organismes publics de recherche, tout comme dans le contrôle des procédés industriels et environnementaux.

Publié dans Historique

Commenter cet article

marganema 29/08/2007 22:51

Votre histoire est vraiment significative d'un changement dans les mentalités, avant les patrons savaient que pour faire vivre et bien vivre leur entreprise, il fallait respecter tous les corps de métiers qui y étaient nécessaires. Maintenant, on remplace les patrons à l'ancienne par des actionnaires qui, eux, ne voient qu'une chose, leur profits de M... au détriment du respect de l'être humain. Bravo le libéralisme US et de plus en plus Français (53% des votants y sont favorables, visiblement!) Comme si, chacun, dans son coin, se foutait de ce qui peut arriver aux autres, je suis révoltée de ce qui vous arrive. Continuez à vous battre, luttez contre le mépris que ces actionnaires ont à votre encontre... Ce n'est pas vous qui manquez d'efficacité, c'est le "merveilleux" système et les largesses que le pouvoir leur concède (voire les encourage) qui est en cause !